Communiqué pour Me Jacques Peyrat Maire de Nice de 1995 à 2008 Candidat aux élections municipales

Shooting-Herve-11En page 8 du quotidien d’information Nice Matin, Me Jacques Peyrat a pris connaissance avec surprise dans le carnet de campagne d’un article sous la plume de F.M, qui indique que Jacques Peyrat s’est auto congratulé d’avoir été convaincant à 60 %.

Je tiens par la présente à rectifier trois choses, que je vous demande de publier dès demain dans votre journal, à la même place.

Tout d’abord, Jacques Peyrat ne s’est pas auto congratulé, mais a simplement remercié les internautes qui l’avaient trouvé convainquant  à 60 %.

Ensuite, la source est précisément le journal Nice Matin qui a diffusé ce sondage à la fois sur son site internet et dans son édition papier.

Enfin, le nombre de caractères d’un «  tweet  » étant par définition limité, il est déplacé de reprocher de n’avoir pas donné de longs développements en la matière.

Je vous remercie de bien vouloir publier, au titre du droit de réponse, et dès votre édition de demain, le présent communiqué, à la même place et selon les mêmes modalités.

Hervé de Surville

Directeur de campagne

Publicités

Communiqué de presse de Me Jacques Peyrat, Maire de Nice de 1995 à 2008.

peyratPar un article d’une pleine page, le quotidien d’information Nice Matin du mardi 28 janvier 2014, nous indique que le Maire Estrosi a inauguré le mur des Justes le lundi 27 janvier 2014, implanté dans l’allée des Justes, sur la colline du Château de Nice.

Si je ne peux que me réjouir de cette création, une information objective et impartiale aurait du préciser que la dite allée des Justes, avait été créée sous ma seconde mandature de Maire de Nice, et inaugurée le 26 avril 2007.

Avec cette création, M Estrosi a une fois de plus poursuivi une initiative lancée par son prédécesseur à la Mairie de Nice, en se gardant bien de le rappeler à l’occasion de l’inauguration qui intervient bizarrement à moins de deux mois du premier tour des élections municipales auxquelles lui et moi seront candidats.

Droit de réponse

jacques3A la lecture du journal « Nice Matin » et plus précisément, l’interview de Monsieur Injey m’amène à formuler une observation :

« Décidément ! les communistes n’ont pas changé ! »

Ils sont toujours le parti de l’ « Etranger » puisque pendant les 3 guerres que la France a connues depuis 1939, ils ont toujours défendus les adversaires de la France.

Ainsi, Maurice Tchorez, Secrétaire Général du Parti Communiste, mobilisé en septembre 1939, quitte son régiment 1 mois après en octobre. Il fut condamné pour désertion et déchu de la nationalité française en 1940.

13 ans après, Monsieur Boudarel, comme son ancien Secrétaire Général membre du Parti Communiste, trahissait la France en devant le gardien tortionnaire du camp (Viet-min) n°113 en se signalant par une férocité sans égal vis-à-vis des prisonniers français.

10 ans après, pendant la guerre d’Algérie, l’aspirant Maillot, imitant ses prédécesseurs, au cours d’une opération passait avec armes et bagages à l’ennemi et devenait un combattant contre ses anciens frères d’armes français.

Ainsi, sur une période de 20 ans, le Parti Communiste ne s’est jamais démenti, il a toujours soutenu les adversaires de la France, comme j’ai eu l’occasion de la rappeler au conseiller municipal Injey, lors d’une réunion du Conseil Municipal au cours de ma deuxième mandature.

« Oui, Monsieur Injey, je suis fier d’avoir servi la France en Indochine contre les viets et je suis également fier d’avoir organisé à Nice le Festival International des Musiques Militaires qui a contribué, ne vous en déplaise, au rayonnement de la ville de Nice. »

revue de Presse

Conférence de presse de Jacques Peyrat présentant une partie de sa liste pour les Municipales 2014. La presse en parle:

 

nice matinhttp://www.nicematin.com/nice/jacques-peyrat-presente-une-partie-de-ses-troupes.1587380.html

 

 

nice premiumhttp://www.nice-premium.com/politique,3/municipales-a-nice-jacques-peyrat-et-son-rassemblement-pour-nice-rentrent-en-jeu,13460.html

Communiqué de presse de Maître Jacques Peyrat, Maire de Nice de 1995 à 2008

A la lecture du quotidien Nice Matin en date du 27 septembre 2013, mon attention a été attirée par l’article intitulé : «  Des vitrines de commerce attaquées à l’acide  ».

En effet, l’article insinue que ce serait l’actuelle municipalité de M Estrosi qui aurait déclaré la guerre aux tags à Nice et qu’avant 2008, rien ne se faisait en la matière.

Je tiens à préciser que c’est sous mes mandatures qu’un marché public « antitag » avait été lancé par la ville, et que des équipes du service du nettoiement avaient été équipées de matériels spécifiques de détaguage.

Cela permis de mettre un coup d’arrêt à ces incivilités qui avaient quasiment disparues.

De plus, une coordination étroite était assurée par les Directions de Territoire qui ont été déstructurées en 2009,  entre le service du nettoiement et la police municipale pour optimiser la lutte antitag et le nettoiement de proximité qui n’est plus assuré.

Je constate aujourd’hui que les dégradations de proximité se multiplient et que la vidéo surveillance que M Estrosi nous annonçait comme la panacée, n’est pas au rendez vous.

Ce rappel est d’autant plus nécessaire que la mémoire des média est souvent défaillante, comme cela fût le cas lors de l’inauguration du Stade Allianz Riviéra où une page entière a été consacrée au Maire actuel considéré comme le maître d’œuvre de ce stade qu’il a voulu et livré aux niçois, en oubliant que c’est Jacques Peyrat qui en avait été l’initiateur en 2003, au même endroit et avec la même contenance mais avec un centre formation et des terrains d’entrainement à la place d’un musée dont l’utilité reste discutable …