Communiqué pour Me Jacques Peyrat Maire de Nice de 1995 à 2008 Candidat aux élections municipales

Shooting-Herve-11En page 8 du quotidien d’information Nice Matin, Me Jacques Peyrat a pris connaissance avec surprise dans le carnet de campagne d’un article sous la plume de F.M, qui indique que Jacques Peyrat s’est auto congratulé d’avoir été convaincant à 60 %.

Je tiens par la présente à rectifier trois choses, que je vous demande de publier dès demain dans votre journal, à la même place.

Tout d’abord, Jacques Peyrat ne s’est pas auto congratulé, mais a simplement remercié les internautes qui l’avaient trouvé convainquant  à 60 %.

Ensuite, la source est précisément le journal Nice Matin qui a diffusé ce sondage à la fois sur son site internet et dans son édition papier.

Enfin, le nombre de caractères d’un «  tweet  » étant par définition limité, il est déplacé de reprocher de n’avoir pas donné de longs développements en la matière.

Je vous remercie de bien vouloir publier, au titre du droit de réponse, et dès votre édition de demain, le présent communiqué, à la même place et selon les mêmes modalités.

Hervé de Surville

Directeur de campagne

Communiqué de presse de Me Jacques Peyrat Maire de Nice de 1995 à 2008.

Dans son édition du 29 janvier 2014, le quotidien Nice Matin nous informe que Madame Bernadette Chirac, ex première dame de France, a effectué une visite de l’Institut Alzheimer de Nice, en présence de Christian Estrosi, avant une inauguration annoncée le 10 mars prochain par l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, à seulement 13 jours du premier tour des élections municipales qui se dérouleront le 23 mars 2014.

Pour autant, l’article ne mentionne nulle part que ce projet unique de partenariat entre le CHU de Nice et la Fondation Claude Pompidou a été initié et lancé par mes soins sous ma seconde mandature de Maire de Nice de 2001 à 2008.

C’est d’ailleurs à ce titre que Madame Claude Pompidou avait été élue Femme de l’Année à Nice en 2005 par l’Association Nice Présence présidée par Monique Peyrat mon épouse, et s’était vu remettre le trophée réalisé par le célèbre sculpteur de l’Ecole de Nice Arman, que les médias avaient qualifié de : «  L’Arman de la Femme ».

Une fois de plus je constate avec regret une information partiale et partielle des lecteurs de Nice Matin.

Même si la campagne électorale des élections municipales a commencé à laquelle Monsieur Estrosi et moi serons candidats, il serait souhaitable dans un souci de parfaite objectivité que les informations qui sont portées à la connaissance du public à travers les divers articles, soient tout à fois impartiales et neutres.

Il en va de l’honnêteté et de la crédibilité des médias, tout autant que de l’éthique et de la conscience professionnelle, dans une période sensible de notre vie démocratique avec une presse sans parti pris …

Communiqué de presse de Me Jacques Peyrat, Maire de Nice de 1995 à 2008.

peyrat5Par un article d’une demie page, le quotidien d’information régionale Nice Matin du mardi 28 janvier 2014, nous indique que le Maire Estrosi a présenté ses vœux à 2000 séniors rassemblés au salon des Muses du Palais Acropolis.

Je constate avec stupéfaction que depuis le début du mois de janvier 2014, il ne se passe un jour sans que M Estrosi ne présente ses vœux à des publics différents, afin de toucher une population d’électeurs la plus large possible, et ainsi faire indirectement sa campagne électorale pour les élections municipales, aux frais du contribuable.

Cette façon de faire totalement choquante, est à l’évidence une rupture d’égalité des différents candidats à la Mairie en mars prochain.

Par ailleurs, si on ajoute que depuis plusieurs mois, M Estrosi inaugure toutes les semaines une nouvelle réalisation pour monopoliser l’espace médiatique, la rupture d’égalité est abyssale.

Dès lors, j’ai décidé de saisir de cette situation totalement anormale, la Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques, Autorité Administrative Indépendante, créée par la loi du 15 janvier 1990, relative à la limitation des dépenses électorales.

Communiqué de presse de Me Jacques Peyrat, Maire de Nice de 1995 à 2008.

peyratPar un article d’une pleine page, le quotidien d’information Nice Matin du mardi 28 janvier 2014, nous indique que le Maire Estrosi a inauguré le mur des Justes le lundi 27 janvier 2014, implanté dans l’allée des Justes, sur la colline du Château de Nice.

Si je ne peux que me réjouir de cette création, une information objective et impartiale aurait du préciser que la dite allée des Justes, avait été créée sous ma seconde mandature de Maire de Nice, et inaugurée le 26 avril 2007.

Avec cette création, M Estrosi a une fois de plus poursuivi une initiative lancée par son prédécesseur à la Mairie de Nice, en se gardant bien de le rappeler à l’occasion de l’inauguration qui intervient bizarrement à moins de deux mois du premier tour des élections municipales auxquelles lui et moi seront candidats.

Le Grand délire …

A son arrivée à la Mairie de Nice en 2008, Christian Estrosi avait annoncé haut et fort que la ligne 2 du tramway serait mise en service en 2011 et qu’ensuite la ligne 3 serait mise en service en 2013.

A ce jour, le constat est édifiant.

Le projet de ligne 2 de M Estrosi qui coûtera plus d’un milliard d’euros n’a pas encore commencé.

Par ailleurs, le même M Estrosi envisage désormais de commencer la ligne 3 avant la ligne 2, ce qui est une nouvelle ineptie totalement incohérente puisqu’un tramway ne peut fonctionner qu’en réseau en maillage.

En 6 ans de mandat, M Estrosi n’aura finalement réussi qu’à mettre en service le prolongement de 350 m de la ligne 1 du Pont Michel à Pasteur, car cela avait été initié et lancé par son prédécesseur Maître Jacques Peyrat.

Force est de constater que pour le tramway comme pour tout le reste, M Estrosi ne respecte jamais ses engagements, mais par contre la fiscalité n’a jamais été aussi élevée et l’endettement de la Métropole Nice Côte d’Azur a été multiplié par trois depuis 2008 pour dépasser en 2014 le milliard d’euros.

Ce qui fait quand même très cher le Bling – Bling …

Communiqué de presse de Me Jacques Peyrat, Maire de Nice de 1995 à 2008,

Lors de la convention du 23 janvier 2014 sur l’économie, M Estrosi a fait un inventaire à la Prévert de ses mesures économiques pour les trente prochaines années, soit pour cinq mandats, c’est-à-dire jusqu’à 89 ans, puisque né en 1955 il a en 2014, 59 ans.

Au-delà de cette incohérence qui n’est pas un signe de crédibilité de l’intéressé,  on peut légitimement se demander pourquoi M Estrosi n’a rien fait dans ce domaine depuis 2008, comme dans celui des transports avec la LGV, l’A8 bis et les lignes 2 et 3 du tramway reportées aux calendes grecques.

En effet, force est de constater que l’OIN de la Plaine du Var crée en 2007 sous ma mandature n’a pas avancé en 6 ans à part les inaugurations des projets lancés avant l’arrivée de M Estrosi à la Mairie.

Il en est de même pour la ZAC Nice Méridia ou le transfert du MIN qui sont à l’arrêt depuis 2008.

En outre, M Estrosi qui veut renforcer l’enseignement supérieur, oublie de préciser que c’est encore sous mes mandatures que le campus Saint Jean d’ Angely de Nice Est a été crée, mais aussi le développement des grandes écoles comme l’EDHEC ou l’IPAG.

Enfin, M Estrosi nous parle de protectionnisme métropolitain, mais depuis 2008 il attribue tous les chantiers à des entreprises dont le siège social est en dehors de la dite Métropole.

Dès lors, quand on sait que pour M Estrosi les promesses n’engagent que ceux qui les entendent, il est à craindre que les dites promesses ne soient que purement électoralistes …

Communiqué de Presse de Me Jacques Peyrat Maire de Nice de 1995 à 2008

peyrat1A l’occasion d’une nouvelle cérémonie de vœux, cette fois aux policiers municipaux, ce qui est surprenant puisqu’ils sont aussi des employés municipaux qui ont déjà eu droit aux vœux  du Maire au Palais Nikaïa le 8 janvier dernier avec le spectacle Mama Mia, M Estrosi a annoncé la création dès le mois de janvier d’une prime de voie publique.

Au-delà de l’effet d’annonce électoraliste du candidat Estrosi, il convient de rappeler que c’est sous mes mandatures de 1995 à 2008, que les NBI, IAT, IFTS et ISF, ont été élevées aux taux maximum pour les gardiens, brigadiers, brigadiers, brigadiers chef principaux, chef de service et directeur de police municipale.

Par ailleurs, en l’absence de délibération du Conseil Municipal créant cette prime de voie publique, on peut légitimement se poser la question de la régularité juridique.

De plus, on peut également se poser la question de la raison pour laquelle depuis l’arrivée de M Estrosi à la Mairie en 2008, qui a placardisé l’ancien Directeur de la police municipale,  il n’y a toujours pas un directeur issu du cadre d’emploi de la police municipale, en totale infraction avec la réglementation en vigueur.

M Estrosi serait donc bien inspiré puisqu’il dit apprécier tout particulièrement la police municipale, de nommer un directeur issu de la filière police municipale, pour en exercer pleinement les prérogatives en matière de sûreté, sécurité et salubrité publiques …