INTERVENTION Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 23 décembre 2013

maryon ne donne aucune véritable explication tant il est cher et

déséquilibré pour la ville. En fait, on est en face d’un déficit qui

n’est pas nommé.

De plus, la présentation du désendettement est malhonnête, car on

compare ce qui n’est pas comparable, à savoir des emprunts stock à des

flux. Les 33 ME en plus, vont en fait augmenter la dette. De plus, le

ratio de l’endettement qui devrait diminuer si on en croit la

présentation, n’est même pas précisé, et on comprend pourquoi.

 

En outre, on ne peut que s’interroger sur l’équilibre du budget des

musées, avec 255.000 € d’atténuation de dépenses.

 

Sur la Culture, le Projet Sang Neuf avance tout doucement, seul le salaire de Mme Duez lui donne un peu de couleur.

 

Sur les Sports, aucun aménagement structurant nouveau, seulement le petit entretien…

500 000 E pour deux projets … C’est le Pérou ? Quid du Centre de formation des jeunes footballeurs et du centre d’entrainement des professionnels qui nous avaient été annoncé.

 

Le tourisme, principal richesse de la ville, à nouveau en nette réduction, pour son budget de fonctionnement, ce qui curieusement ne semble pas  cependant émouvoir M Rudy Salles, l’Adjoint au Tourisme.

 

Sans être Madame Irma, nous savons d’avance que M. L’adjoint aux finances va nous faire entendre sa jolie voix pour nous qualifier d’ incompétents à lire un budget et nous faire repasser un disque un peu usé dans lequel il est question de champs, pas en cette période, de chants de noël, pas même de « Christmas Carols » , mais des champs de mines et des champs de ruines, que lui aurait laissé la précédente mandature.

1024×768

En ce domaine, Mestre Tordo est compétent, lui qui a connu un deuxième Fort Alamo du côté de Sophia Antipolis.

 

Joyeux Noel à tous et à toutes et BesaÏ a l’an que ven….

 

Paroles : Hervé de Surville

Musique : Jean-Claude MARI

Orchestre : Philippe GERMAIN et ses Merry Boys

 

 

Publicités

INTERVENTION DEBAT D’ORIENTATIONS BUDGETAIRES CONSEIL MUNICIPAL DU 9 DECEMBRE

billetLe débat d’orientations budgétaires est dans l’esprit du législateur un instant, prémices à l’établissement du budget d’une commune ou les échanges entre majorité et opposition contribueraient à enrichir et à parfaire sa construction.

C’est dans ce registre que nous nous situerons.

Le budget de la ville qui était de 610,5 ME en 2009 est passé en 2013 à 760,5 ME, soit un delta positif de 150 ME et ce, malgré :

       les compétences, et non des moindres, passées à la Communauté Urbaine puis la Métropole,

      les mutualisations,

      Les réductions d’effectifs.

Par ailleurs, votre leitmotiv est que depuis 2009, les ménages niçois n’ont subi aucune pression fiscale supplémentaire.

C’est quand même oublier que dès votre prise de fonction, vous l’avez augmentée de près de 15%, soit disant pour désamorcer les champs de mines que vous avez laissé l’équipe à Peyrat, dont certains membres figurent néanmoins sur le Perchoir ou dans le Marais de cette Assemblée.

Donc, comment équilibrer un budget en augmentation si les recettes ne suivent pas ?

La réponse est par des emprunts nouveaux dont vous n’en indiquez cependant pas le volume.

 

 On aurait pu croire qu’avec les éléments évoqués ci avant :

– transferts des compétences et charges à l’intercommunalité qui devra à son tour emprunter de façon conséquente,

– mutualisation des dépenses et des personnels,

– réduction des effectifs,

Dans un contexte économique très délicat pour la majorité de nos concitoyens, il eut été opportun que vous procédiez au remboursement d’une partie de ce que vous leur aviez imposé en début de mandat.

Apparemment il en est rien.

Intervention sur les EMPRUNTS TOXIQUES-DEXIA

maryMonsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint, Mes chers Collègue,

Je voterais pour cette délibération car tout ce qui peut apporter de l’eau au moulin de la ville sera le bienvenue.

Profitant du micro qui m’est offert, et afin d’éclairer nos concitoyens, sur le sujet de ces fameux emprunts toxiques dont vous vous êtes très récemment emparé, je souhaiterais faire la genèse de l’affaire.

Pourquoi s’être lancé à l’époque dans ce type de prêt auprès de Dexia – Crédit local de France ?

C’est parce que ce produit présentait de nombreux avantages, à preuve, dès 2002, les annuités de la dette baissaient de près de 50%.

De plus, les 8 prêts dits toxiques, ont été validés, par de nombreux élus qui se trouvent aujourd’hui dans la majorité, par le Contrôle de Légalité de la Préfecture et par la Chambre Régionale des Comptes,

Ces prêts ont été proposés par le même directeur du service des finances qui est encore en fonction aujourd’hui,

Par ailleurs, ce type de prêts a été utilisé par de très nombreuses collectivités et notamment, à ma connaissance de 2003 à 2008 par le Conseil Général des Alpes Maritimes dont le Président était un certain…… Christian ESTROSI.

Aussi, peut-on imaginer que tout ce beau monde ignorait que ce produit financier abritait un dragon dormant dont le réveil serait brutal.

Il le fut, par le président de la Commission des finances, lors d’un précédent Conseil Municipal, qui interpella M.Tordo, ce dernier, en réponse, calmait les inquiétudes de M. Librati, qu’il surnommait le « Zorro de la gestion de la dette ».

Il est vrai que la part variable qui n’est qu’une des composantes de ce produit des emprunts « structurés », indûment appelés « toxiques », ont évolué avec la crise.

Nous avons le sentiment que le bruit fait autour des emprunts toxiques est plus dû à des raisons politiques qu’à une bonne  gestion des deniers publics.

Intervention sur le Compte Administratif 2012

maryMonsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint, Mes chers Collègues,

Je tenais à faire une remarque en ce qui concerne la diminution de la dette de la Ville qui est en baisse de 28 Millions par rapport à l’exercice de 2009, ce dont nous pouvons nous réjouir à première vue.

Néanmoins, il convient de rappeler que cette économie n’est que le résultat du transfert de la dette à l’intercommunalité accompagnant les nouveaux déplacements des compétences.

Ce qui explique, en partie, que la Métropole enregistre une augmentation de la dette par 3 de 2008 à 2013, avec plus d’un milliard d’euros.

Par ailleurs, je profite de l’occasion qui m’est donné, pour m’étonner avec nombre de Niçoises et de Niçois, que vous puissiez affirmer, comme vous l’avez fait dans le journal Direct Matin du 28 mai que vous n’avez pas touché à la fiscalité.

C’est oublié que vous avez augmenté les taux des taxes locales de près de 18% dès votre arrivée et que parallèlement à cela, vous avez laissé une ardoise au Conseil Général que vous présidiez contraignant le pauvre CIOTTI à faire de même pour le Département des Alpes Maritimes.

Ce qui laisserait  à penser que le champ de mines des Iscles du Var ne serait pas du à la seule Wehrmacht ! 

                                     mariJean-Claude Mari, Conseiller Municipal,

                             Président du Groupe « Entente Républicaine »,

                                      reçoit en Mairie, sur rendez-vous,

                                      tous les jeudis de 15h à 17h

                                      Tél : 04 97 13 24 51

Pétition contre l’ excision des mineurs.

maryCourrier envoyé à Madame Sylvianne CASANOVA

Directeur de la sécurité et de la prévention.

Chère Madame,

je vous signale la présence, à nouveau, d’ africains qui sur le parvis des cinémas et magasins du centre commercial de St Isidor vous sollicitent pour soutenir une pétition en faveur de la lutte contre l’ excision des mineurs.

Noble initiative qui n’ est pas répréhensible si il n’ était recommandé toutefois d’ ajouter à la signature une contribution pécuniaire. Il vous ait même indiqué que cette dernière, sous réserve qu’ elle soit conséquente, est déductible de vos impôts.

J’ avais en son temps déjà signalé le fait à ma collègue Maty DIOUF qui avait certainement dû intervenir, mais je constate que ce phénomène perdure.

Vous laissant le soin de réserver à cette information la suite que vous jugerez utile, je vous prie d’ agréer, Madame, l’ expression de mes sentiments distingués.

Jean-Claude MARI

Conseiller Municipal

Intervention DOB

maryLe Dob est un exercice voulu par le législateur qui espérait qu’un échange entre les différentes composantes d’une Assemblée conduirait à alimenter, donc à enrichir, la prise de décision précédent l’acte le plus important dans la vie d’une commune : son budget.

En réalité, il n’en ait rien, puisque l’exécutif présente son projet, qu’il n’a pas l’intention de modifier, quoiqu’il arrive.

Quand à l’opposition, elle clame « fait pas ci, fait pas ça », sans grand espoir d’être entendu.

Cependant la Loi est la Loi, aussi essayons de rendre le débat instructif et clair aux yeux de nos concitoyens.

La première partie de votre document nous éclaire, si besoin était, sur la situation économique internationale et nationale, qui se traduit par un électroencéphalogramme désespérément plat  et cela, il est à craindre, pendant encore plusieurs années.

Ce constat aurait dû vous conduire à bâtir un budget plus raisonnable donc plus acceptable aux contribuables niçois qui n’ont toujours pas digéré l’augmentation des impôts locaux de 15 % dès votre prise de fonction et auxquels s’ajoutaient les 17 % du Conseil Général où vous aviez laissé une ardoise en partant.

Bien au contraire, le prochain budget est en augmentation et cela continuera en 2014 et en 2015 si l’on en croit votre projection.

Il faut dire que les factures de vos grands mais dispendieux projets commencent à pleuvoir.

 

Passons maintenant aux éclaircissements ou commentaires :

 

Page 8 : La Dotation globale de fonctionnement (la subvention la plus importante) :

Vous prévoyez une diminution de 1,5 % alors qu’en page 5, la dotation globale est de plus 0,3%. Cela voudrait il dire que nous ne pouvons en bénéficier ?

Page 9 : Droits de mutation :

20 M€ idem qu’en 2012. Très optimiste, car la Chambre des Notaires prévoit une baisse de 30% à 35% des transactions immobilières.

Taxe sur électricité : Très optimiste quand Nice-Matin prévoit des pannes.

Optimiste aussi les recettes des Casinos, plus touchés que vous ne l’estimez.

Page 12 : Aurons nous un bilan, 1 an après sa création, sur les coûts comparés de la restauration scolaire.

Organisation des Grands évènements : 2,8M€ dont une étape du Tour de France et Jeux de la Francophonies : très largement sous évalué.

Page 13 : Charges exceptionnelles : Plus 2,1M€ par rapport à 2012, pour l’Opéra.

Serait- ce l’effet Chauvet ?