Quand la géopolitique s’invite dans la politique …

Depuis maintenant 10 jours, tous les médias diffusent en boucle des reportages à charge sur la Syrie qui aurait utilisé des armes chimiques contre son propre peuple le 21 août dernier.

Sans attendre les rapports des experts de l’ONU et sans avoir aucune preuve intangible, les Etats Unis, la Grande Bretagne et la France ont condamné le régime Syrien et ont décidé des frappes militaires par des bombardements à partir de navires de guerre  croisant au large de la Syrie.

Avec ce dossier, le Président Hollande  essaie à l’évidence de positionner la géopolitique au centre du débat en se comportant en chef de guerre sur la scène internationale pour faire oublier aux français ses fiascos à répétition depuis 15 mois, et sans réfléchir aux représailles du Hezbollah contre nos soldats stationnés au Liban dans le cadre de la FINUL.

Heureusement que les parlementaires Anglais se sont souvenus des mystérieuses armes chimiques en Irak jamais retrouvées, qui avaient justifiées en son temps, l’intervention militaire qui déboucha sur la chute de Saddam Hussein et une totale anarchie avec un régime semi islamique.

Quant aux Etats Unis, ils seraient bien inspirés de se souvenir que leurs soutiens directs ou indirects, militaires ou diplomatiques, à la chute des régimes en Tunisie, en Egypte et en Lybie, a été un remède pire que le mal, puisque cela a débouché sur l’installation de régimes islamiques qui vomissent l’occident, et des guerres civiles qui font des dizaines de milliers de morts.

De plus, les mêmes Etats Unis qui nous disent que les armes chimiques sont ignobles, oublient de nous rappeler qu’ils possèdent le plus grand stock d’armes chimiques de la planète et qu’ils n’ont jamais voulu signer de traité de bannissement en la matière.

Après que la Grande Bretagne, le Canada, l’Allemagne, l’Italie et la Pologne, aient dit non aux bombardements qui vont faire encore des milliers de morts civils, le Président Hollande doit  aussi raison garder, lui qui a de plus toujours été hostile à toutes les formes d’impérialisme et de colonialisme, et il doit refuser l’intervention de la France en Syrie, et ceci d’autant plus que s’il veut jouer les va t en guerre, il devrait se rappeler de son prédécesseur à l’Elysée en 1939 qui déclara la guerre avec une armée sous équipée, comme c’est le cas aujourd’hui avec la loi inique de programmation militaire socialiste.

Publicités

Opération Portes Ouvertes …

Après l’opération Portes Ouvertes des prisons de l’actuelle Ministre de la Justice, Messieurs Estrosi et Ciotti se sont offusqués de cette situation, en multipliant les interviews auprès des différents médias.

On remarquera pour l’anecdote, que les dites interviews se sont déroulées pour l’un à la Mairie de Nice et pour l’autre au Conseil Général des Alpes Maritimes, alors que la logique institutionnelle aurait voulu que ces interviews se déroulent à l’Assemblée Nationale en leur qualité de député.

Au-delà de cette situation qui est la conséquence directe du cumul des mandats qui aboutit à la confusion des genres, Messieurs Estrosi et Ciotti seraient bien inspirés de se rappeler que ce scandale est la conséquence d’une situation  non réglée avant 2012 par leurs amis politiques qui occupaient les fonctions de Gardes des Sceaux.

Par ailleurs, si les gouvernements qu’ils soutenaient mordicus, avaient construits ou reconstruits des prisons, on ne connaîtrait pas la scandaleuse situation carcérale actuelle,  régulièrement dénoncée par le Conseil de l’Europe.

Enfin, si à Nice,  Messieurs Estrosi et Ciotti, n’avait pas saboté le projet de nouvelle prison de Jacques Peyrat dans la plaine du var, Nice aurait aujourd’hui une Maison d’Arrêt moderne et non surpeuplée, digne de la 5 ème ville de France.

Mais pour cela, il faudrait que les donneurs de leçons professionnels regardent la poutre qu’ils ont dans les yeux depuis des années, avant de regarder la paille qui est dans l’œil du voisin …

Le règlement de comptes du Sarkothon …

A la suite du rejet des comptes de campagnes par le Conseil Constitutionnel du candidat Sarkozy à l’élection présidentielle de 2012, ce dernier s’est vu dans l’obligation de rembourser le prêt de 10,5 millions d’euros contracté à titre personnel auprès de la Société Générale.

On aurait pu penser que l’ancien locataire de l’Elysée allait casser sa tirelire pour procéder illico au remboursement.

Et bien non, il a gentiment refilé le mistigri à l’UMP pour éponger la dette, en faisant tout de même un généreux chèque de 7500 €, au motif que c’était le montant maximum pour un don à un parti politique.

Mais l’UMP qui était déjà en quasi faillite, a décidé de transférer le bébé aux 185 députés, aux 131 sénateurs, aux élus locaux, aux adhérents et aux sympathisants de l’UMP, au motif qu’il fallait sauver la démocratie, ou plutôt sauver une rente bien juteuse…

On sait que le 31 juillet dernier, l’UMP qui pourrait être rebaptisé  « l’Union des Menteurs Professionnels » avait récolté 7,8 millions d’euros.

Mais sait on si Messieurs Estrosi et Ciotti ont eux aussi donné 7500 € chacun au parti qui les a pourtant fait élire ?

Eux qui sont si prompts à donner des leçons sur tout, tout le temps et à tout le monde, et qui en cas de victoire de M Sarkozy à la présidentielle auraient à l’évidence revendiqué un poste ministériel …

 Mais ça c’était avant,

Avant qu’ils ne tournent leur veste en bonnes girouettes qu’ils sont.

En effet,  pour ces gens la fin justifiant les moyens, ils ont décidé plus que jamais de servir avant tout leurs intérêts personnels électoralos – arrivistes …

Communiqué de Presse Droit de Réponse

A la suite de l’intervention du Maire Estrosi sur la sécurisation des jardins publics à Nice, M Allemand, Conseiller Municipal, a dans un article en page 4 du Nice Matin en date du 1 août 2013, prétendu que j’avais supprimé les gardes jardins à Nice, du temps où j’étais Maire.

Une telle affirmation est totalement fausse et nécessite un droit de réponse sur le fondement de l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881.

En effet, non seulement je n’ai pas supprimé les gardes jardins à Nice, mais en plus j’ai crée en Comité Technique Paritaire au sein de la Police Municipale, le Groupe de Surveillance des Espaces Verts, dont l’effectif a été multiplié par trois de 1995 à 2008, et dont le commandement était assuré par un Brigadier Chef de la Police Municipale.

Par ailleurs, étant particulièrement sensible aux questions de sécurité en général et dans les espaces verts en particulier, j’ai fait clôturer par des grilles tous les espaces verts de la ville, et j’ai organisé dans les grands espaces verts du Mont Boron et du Château, une surveillance équestre et cynophile.

En outre, je rappelle que c’est sous mes deux mandatures de Maire de Nice,

          que l’effectif de la Police Municipale a été doublé,

          que le nombre de caméras de vidéosurveillance a été multiplié par trois,

          que le premier Contrat Local de Sécurité a été signé avec le Ministère de l’Intérieur,

          que la première Convention de Coordination entre la Police Nationale et la Police Municipale a été signée avec le Préfet et le Procureur de la République.

 Maître Jacques Peyrat,

Maire de Nice de 1995 à 2008

Président de l’Entente Républicaine de Nice