Le rejet du tramway enterré ?

tram2S’il est bien un projet sur lequel le Maire Estrosi n’a pas arrêté de changer d’avis constamment depuis 2008, c’est bien celui de la ligne 2 du tramway.

Après avoir commencé par annoncer le projet sur la promenade des Anglais, puis un démarrage des travaux en 2009, et enfin un projet semi enterré, M Estrosi a réussi l’exploit d’exaspérer les Niçoises et les Niçois qui n’en peuvent plus de cette virevoltance à répétition.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que trois recours qui regroupent toutes les sensibilités niçoises de bon sens, ont été déposés devant le Tribunal Administratif de Nice, qui les examinera le mardi 11 juin 2013.

Ce n’est pas non plus pour rien que ce refus de ce projet de tramway semi enterré, tout aussi pharaonique que surréaliste, a été très largement rejeté à l’occasion d’une grande consultation organisée auprès de la population niçoise le samedi 25 mai 2013.

Face à une telle situation, la logique aurait voulu que le Maire Estrosi se remette en question et arrête d’être convaincu d’avoir toujours raison sur tout et tout le temps.

Même si M Estrosi a passé plus de temps sur la selle de sa moto qu’à étudier la très sage langue latine, il serait bien inspiré de méditer la citation de Cicéron : «  Cuiusvis est errare : nullius nisi inipientis, in errare perseverare » ( l’erreur est une chose commune, seul l’ignorant persévère dans l’erreur  ), mais aussi la célèbre citation de Sénèque «  Errare humanum est, perseverare diabolicum » ( l’erreur est humaine, persévérer est diabolique ) …

Le suicide de la révolte …

peyrat1Le 21 mai 2013 en milieu d’après midi, Dominique Verner, 78 ans, écrivain et essayiste classé à droite, s’est suicidé par arme à feu devant plus d’un millier de personnes en plein cœur de la prestigieuse Cathédrale Notre Dame de Paris, haut lieu du catholicisme en France.

Après un geste d’une telle ampleur où un homme a décidé de mettre fin à ses jours, ma première pensée est naturellement celle de la compassion envers sa famille, ses amis et ses proches.

Mais il faut aussi comprendre que ce geste dans une église opposée au suicide, a une signification, celle de la révolte d’un intellectuel qui n’en pouvait plus de voir les valeurs morales de la France, se désintégrer les unes après les autres.

Le summum ayant été atteint avec cette infâme loi sur le mariage homosexuel qui sera prochainement suivie par la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui.

Il s’agît du paroxysme de la décadence au non d’un égalitarisme aussi inconvenant qu’incohérent.

Cette loi dite du mariage pour tous a en réalité, provoqué une profonde fracture sociétale qui n’est pas prête de se refermer.

Pour satisfaire aux lobbies gay et lesbien, la gauche a foulé aux pieds la famille qui ne peut être composée que d’un homme, d’une femme et des enfants.

Le gouvernement et la majorité socialistes ont par idéologie inconsciente, renversé la table des valeurs judéo chrétiennes qui remontent à la genèse avec Adam et Eve.

La gauche qui est plus sectaire que jamais, n’a pas compris que l’égalitarisme est un frein à la compétitivité, et qu’après avoir perdu la bataille morale, la France de Messieurs Hollande et Ayraut va perdre la bataille économique.

Passer les bornes, il n’y a plus de limites.Force est de constater que les bornes sont désormais franchies …

Jacques Peyrat

Président de l’Entente Républicaine de Nice

Le péché d’orgueil …

peyrat1A la lecture du blog de M Gaël Nofri, éphémère candidat à la Mairie de Nice, et désormais candidat à la Mairie de La trinité, j’ai pu constater que l’intéressé se prévalait d’avoir été de 2004 à 2008, Secrétaire Général des Amis du Maire de Nice, que j’étais de 1995 à 2008.

Cette affirmation mensongère est digne de la fable de La Fontaine, «  la grenouille et le bœuf », où par orgueil mal placé, la grenouille voulait devenir aussi grosse que le bœuf.

Cela porterait presque à sourire, si le même Gaël Nofri n’indiquait pas dans ce même blog, qu’en 2008 après les élections municipales, il avait rejoint le cabinet d’Eric Ciotti qui a largement œuvré pour ma défaite aux élections municipales de mars 2008, et qu’en 2011, il avait rejoint Marine Le Pen, Présidente du Front National.

En fait, au-delà d’une façon très particulière d’aménager la vérité, il apparaît surtout que Monsieur Gaël Nofri n’est pas d’une fiabilité à toute épreuve, et que son actuelle patronne ferait bien de se méfier, car : «  qui a trahi, trahira  » …

Jacques Peyrat

Président de l’Entente Républicaine de Nice